lundi 4 juillet 2016

Milena Agus "Sens dessus dessous."


Milena Agus est Sarde, elle aime profondément la Sardaigne et ça se ressent lorsque nous lisons ses romans.
J'ai lu trois romans écrits par elle. Ce sont des bouquins pas épais que vous pouvez dévorer en deux heures et si vous les lisez au soleil vous êtes en Sardaigne pendant deux heures, un beau voyage imaginaire.

Celui que j'ai préféré "Battement d'ailes" puis "Mal de pierres" à égalité avec "La comtesse de Ricotta".
J'ai aimé "Sens dessus dessous" mais je suis restée un peu sur ma faim, un goût d'inachevé, c'est sans doute le manque de soleil en Bretagne ces jours derniers, qui m'a fait lire ce roman sur mon canapé, je n'étais pas en Sardaigne, un manque.

L'histoire est celle d'une étudiante, nous ne saurons son prénom qu'à la fin, profondément marquée par le suicide de son père et la folie de sa mère. Elle habite une maison faite de trois appartements, dans un quartier pauvre de Cagliari, le dernier étage magnifique est habité par Monsieur Johnson, de la lumière, des murs tendus de soie pourpre et comble du luxe, il y a un dressing-room.
Monsieur Johnson est violoniste de jazz, il est américain, un âge avancé, il ne joue plus que sur des bateaux de croisière alors qu'il a été très célèbre. Madame Johnson a déserté le logement familial en le traitant de "porc". Ils ont un fils et un petit-fils qui ne viennent jamais chez eux, mais ils feront leur apparition plus tard dans le livre.

Au premier étage habite la narratrice, l'étudiante. Traumatisée par l'histoire de ses parents, son père a trompé sa mère avec "une machine de guerre sexuelle" elle ne croit plus au grand amour, mais elle reste une jeune fille qui attend..

Il y a "la dame du dessous." Anna, qui loge dans ce qui était la loge du gardien, logement sombre, étroit, on y rentre par l'entrée de service. Anna fait des ménages pour subsister. Elle a une fille Natasha, fiancée mais jalouse obsessionnelle.. Anna a des désirs inassouvis, elle a soixante cinq ans, mais dit partout qu'elle a cinquante cinq ans.

L'étudiante entretient de bonnes relations avec les deux autres occupants et c'est elle qui informera Anna que Monsieur Johnson cherche une femme de ménage, ce sera beaucoup moins fatigant pour Anna qui a des problèmes de coeur, elle sera sur place et n'aura pas à parcourir Cagliari pour se rendre à son travail.

Si vous voulez savoir ce qu'il se passera entre Anna et Monsieur Johnson, entre l'étudiante et Mr Johnson Junior lorsqu'il fera son apparition, vous devez lire le roman.

Ce que j'ai aimé dans ce livre :

Tous les personnages sont touchants, attachants la gentillesse d'Anna, elle ne voit jamais le mal chez les autres, elle pardonne tout, elle est auréolée de bonté. L'amour qui vous touche à tout âge.
La passion pour la musique, pour les livres, les promenades au bord de cette mer d'un bleu si particulier. Les odeurs de cette île.
La délicatesse avec laquelle l'auteure parle de homosexualité, de l'homoparentalité, de notre société. De la sexualité en général, quelques mots crus mais qui ne choquent pas tels qu'ils sont écrits.
J'ai aimé la vie de cet immeuble à Cagliari, dans ce quartier de la Marina :

"Cagliari est blanche et bleu outremer, dit-il, et notre quartier de la Marina est une île, parce que les mouettes et les autres oiseaux marins le survolent, parce que des naufragés du monde entier y ont accosté pour se sauver quand leurs bateaux ont coulé, et qu'on dirait un toboggan, incliné tout entier vers le port."

J'ai eu quelquefois l'impression de lire un conte contemporain, j'ai compris pourquoi en découvrant le prénom de l'étudiante.

Mais encore une fois, j'ai eu un goût d'inachevé en lisant ce roman un peu extravagant "Sens dessus dessous." Cela reste un roman lumineux, comme tous les livres de Milena Agus.

Bye MClaire.
  




l








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire