dimanche 10 avril 2016



Denis Lachaud écrit pour le théâtre et le cinéma. Il publie ses romans chez Acte-Sud. J'aime la présentation des livres chez cet éditeur, la largeur du livre, nous reconnaissons tout de suite et les romans ne sont jamais trop épais pour ceux qui aiment lire vite.
Ce livre a été publié en 2009, il ne doit pas exister en livre de poche.

Il était sur une pile de livres à lire, j'avais fini celui de Marc Trévidic, j'ai saisi le bouquin, lu deux pages et je l'ai tout de suite refermé, ce n'était pas le bon moment. Nous allions prendre l'avion, vraiment pas la peine de me filer des angoisses, et cerise sur le gâteau, sur la 5 comme souvent, il y avait un documentaire sur un accident d'avion. Je l'ai reposé en me promettant de le lire en revenant de Lisbonne. C'est fait.

Je l'ai lu avec plaisir, c'est un roman vraiment original qui aurait pu tomber dans la mièvrerie. L'auteur a réussi l'exploit de nous passionner avec l'histoire de deux personnages qui échappent à un accident d'avion, le Boeing est tombé dans la forêt équatoriale, ils sont les seuls survivants, autour d'eux l'horreur des corps mutilés, les chairs brûlées par le kérosène, les cris et ensuite le silence et surtout l'incapacité d'aider les autres à s'en sortir lorsqu'on est soi-même blessé, sauver sa peau, marcher loin de ce brasier, essayer de fermer les yeux pour ne pas voir, ne pas avoir de souvenirs.
Lindsay voit surgir un homme blessé qui l'aidera à atteindre un endroit où des secouristes viendront leur donner les premiers soins. Emmanuel s'effondrera et se réveillera beaucoup plus tard, partiellement amnésique.

"D'où nous vient toute cette énergie, d'où tirons-nous notre énergie, toi et moi, l'énergie de progresser sous la canopée, si ce n'est de l'amour ?"

Le mot AMOUR est écrit, ce livre est un roman sur l'amour qui va lier les deux survivants. L'auteur arrive à nous faire douter sur l'identité sexuelle de Lindsay, est-ce une femme ?
Est-ce un homme ? J'ai longtemps cru que c'était une femme, puis j'ai eu un doute, l'idée que c'était une femme est revenue, on ne le sait qu'à la fin.  Il faut être adroit dans l'écriture pour faire douter, ne jamais révéler. Emmanuel était amoureux de Camille, Camille, une fille ? Un garçon ?

J'ai beaucoup aimé l'idée que l'amour était évident entre deux êtres, ce n'est pas démodé d'aimer, j'ai aussi aimé l'amour de la vie lorsque celle-ci risque de nous échapper, les mots sont tellement fluides, précis, beaux.
Lyndsay ne peut qu'aimer cet homme qui a vécu les mêmes moments. On ne sort jamais indemne d'une catastrophe qui a failli nous coûter la vie, les autres ne peuvent pas comprendre, les autres hésitent à poser des questions. On peut difficilement expliquer les névroses qui suivent.

Rencontre complètement improbable, c'était écrit.
Emmanuel l'indécis, le désabusé, le tourmenté qui cherche l'amour à travers des sites de rencontres rencontrera Lindsay qui dans la vie joue la comédie sur des scènes de théâtre, où ? en tombant du ciel. De l'horreur surgira l'amour, une renaissance.

Le blog d'Emmanuel est écrit comme un poème, on ne peut pas parler d'haïku mais ça y ressemble. C'est très beau à lire.

Je ne peux absolument pas dire que vous aimerez tous ce roman, cela m'est impossible. Personnellement j'ai aimé le style, l'histoire, il peut vous surprendre.

Bye MClaire.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire