vendredi 10 juillet 2015


Vous connaissez tous la grande navigatrice, sans doute un peu moins l'écrivaine, comme moi.
Une très bonne surprise, ce livre est dur mais bouleversant, une intrigue bien menée, une belle écriture, nous vivons l'aventure de ces deux trentenaires à chaque page avec beaucoup d'intérêt. 
Je n'ai pas lâché le livre. Un roman pour l'été. Vous ne regarderez plus jamais les manchots et les otaries de la même façon, surtout les otaries.

Louise et Ludovic, les deux ont la trentaine, Ludovic l'insouciant, charismatique, il plaît à tous. Louise plus raisonnable, jamais sûre d'elle, sauf lorsqu'elle escalade des montagnes. Une rencontre qui n'aurait pas dû avoir de suite et pourtant ces deux là vont s'aimer, vivre ensemble, une vie trop rangée selon Ludovic qui rêve d'aventure et pas d'une maison au bord du golfe du Morbihan. Il rêve d'un tour du monde en bateau, comme beaucoup de jeunes à notre époque, loin de tout, une autre vie moins rythmée par les SMS, internet, le boulot. Il arrive à convaincre Louise qui était  un peu réticente. Ils partent. Tout se passe bien au début, finalement Louise avait tort de résister, elle ne regrette plus cette aventure, jusqu'au jour où ils décident de s'arrêter entre la Patagonie et le cap Horn, sur une île déserte, réserve naturelle interdite, ils bravent l'interdiction pour la visiter, mais une tempête se lève, leur bateau disparaît.
Ils se retrouvent seuls, sans rien, et ils devront faire preuve d'imagination pour survivre, Robinson était seul, ils sont deux. Ils devront attendre l'arrivée d'une hypothétique mission de scientifiques, traverser l'hiver dans les pires conditions, faire appel à un instinct sauvage qui doit dormir au fond de nous tous.
Le couple sera mis à l'épreuve, la faim, le froid, la promiscuité de Louise et de Ludovic pendant ces longs mois aura t-elle raison de leur amour ?

C'est un huit-clos, une réflexion sur les relations d'un couple lorsqu'il est soumis à de dures épreuves. Est-ce que nous sommes prêts à sacrifier l'autre pour nous sauver ? Est-ce que nous pouvons rester unis dans les pires moments .? Pouvons-nous vivre l'un contre l'autre pendant de longs mois ? Sommes-nous prêts à tout pour apaiser notre faim ?
La dernière partie du livre raconte le retour à la vie, à la civilisation. C'est presque aussi dur que la vie sur l'île déserte. Reconstruire sa vie demande autant d'énergie qu'essayer de sauver sa vie. Je ne vous dis plus rien, à vous de découvrir ce roman un peu cruel.

J'ai beaucoup aimé ce bouquin écrit par une femme qui connaît la mer, qui sait la décrire mieux que personne.

Vraisemblablement il ne m'arrivera jamais une aventure pareille, je n'aime pas le bateau, une traversée de dix minutes me suffit, les manchots et les otaries peuvent dormir tranquilles.
Un conseil aux scrabbleurs, n'oubliez jamais votre jeu sur un bateau, il peut vous aider à passer le temps si un jour vous vous retrouviez dans la même situation, le jeu et l'ODS !!

  Bye MClaire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire