vendredi 6 novembre 2015






C'est assez rare mais ça arrive, j'ai acheté un bouquin et je me suis ennuyée. Je poursuivais quand même ma lecture, je ne voulais pas abandonner.
Je ne connaissais pas l'auteur, je comptais avoir une bonne surprise, chez Leclerc culture une lectrice écrit sur un petit carton ce qu'elle a pensé d'un livre, il est scotché sur l'étagère et en le parcourant j'ai trouvé le sujet du livre alléchant, une histoire de linguistes troublés par un meurtre, ça avait l'air original. J'ai embarqué le bouquin.

L'histoire : Un linguiste Jeremy Cook qui adore séduire s'entend traiter de "trou-du-cul" devant la machine à café en présence d'un journaliste qui désire écrire un article sur le travail de ces hommes qui étudient les mots des nourrissons. C'est Paula une nouvelle assistante, charmante, qui a prononcé ces mots, Jeremy trouvait Paula très à son goût, c'est vraiment ballot..
A partir de là tout fout le camp, un de ces collègues se fait assassiner et son corps est retrouvé dans le bureau de Jeremy, ce collègue était adepte du mot "contre-ami", les rapports amour-haine.
Philpot le journaliste a disparu, on le retrouvera dans le fleuve avec la machine à écrire de Jeremy accrochée à une corde, bref! tout se complique. 
Les linguistes devront s'unir pour trouver l'assassin, la police est représentée par Leaf, un personnage perspicace et érudit. Si le livre vous tente vous apprendrez la fin de l'histoire...

Mon avis :

Dés les premières pages j'ai su que je n'allais pas aimer, j'ai horreur des romans qui alignent une dizaine de personnages dans les premières lignes, il faut suivre...
Je n'ai pas trouvé à un seul moment ce livre amusant, je dois être imperméable à l'humour anglo-saxon ou je ne comprenais rien, c'est possible.

"Réaction du détective devant un indice : «"Je veux bien qu’on m’encule si j’arrive à en tirer quoi que ce soit."/ Cook hocha la tête avec gêne, sceptique quant à la portée sémantique de cette apodose impérative.»

Je n'ai rien trouvé de subtil, la linguistique m'est étrangère, des termes un peu techniques, barbants. Nous avons sans doute tort de ne pas nous intéresser au "Beu.." et au "A..Bouiboui" des bébés, ce sont des idiophénomènes...

Seules les relations entre collègues étaient agréables à lire, nous avons souvent une image de nous qui n'est pas celle que les autres ont de nous.
Le bouquin a été écrit en 1980 et publié en 2013 en France. 
Il y avait encore des machines à écrire.
Je n'aime pas les romans policiers mais j'espérais que ce livre allait me faire changer d'avis, c'est raté. 
Mais comme toujours mon avis ne sera peut être pas le vôtre.

Je me suis aussitôt engouffrée dans le livre de Delphine de Vigan "D'après une histoire vraie", j'adore, j'en suis à la moitié du livre. J'avais découvert cette écrivaine en lisant "No et moi" j'ai lu ensuite "Les heures souterraines" "Rien ne s'oppose à la nuit" et j'avais aussitôt beaucoup aimé son style d'écriture.  

Bye MClaire.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire