vendredi 21 août 2015




J'avais lu avec beaucoup d'intérêt "L'île des oubliés", beau roman. J'avais commencé "Le fil des souvenirs" et je n'avais pas pu continuer à le lire, je n'aimais pas. 
Le troisième livre de cette écrivaine se lit bien, l'histoire de Chypre est très intéressante, l'histoire d'amour est un peu moins passionnante, un peu sirupeuse, cette femme qui a tout et qui se donne à un bellâtre sournois et traître ne me plaisait pas, mais j'ai lu puisqu'elle fait partie intégrante du roman, sans l'histoire d'amour pas de bouquin.

Ce livre peut être un roman de vacances mais pas tout à fait, il y a des passages profonds, émouvants, la guerre dans toute sa cruauté, la violence des hommes, deux communautés qui se déchirent alors qu'elles vivaient en parfaite harmonie. Deux familles, des grecs et des turcs qui doivent s'aider dans une ville fantomatique Famagouste, ils sont restés et c'est une lutte quotidienne pour rester en vie, trouver de la nourriture, vivre les volets clos.

Famagouste était une cité balnéaire rayonnante, la plus fréquentée de la Méditerrannée. Un couple ambitieux décidera de construire le plus bel  hôtel de la côte, le Sunrise. Le conflit éclatera et plongera Chypre dans le chaos. La ville se videra de ses habitants, ce sera l'exode, l'hébergement dans des camps miteux, même pour Aphroditi et son mari propriétaires du Sunrise, leur argent ne servira à rien, les bijoux d'Aphroditi resteront dans le coffre de l'hôtel sous la surveillance de Markos Georgiou amant d'Aphroditi et bras droit de son mari. Le couple n'envisagera pas une seconde qu'il ne pourra jamais revenir à Famagouste.

Je vous laisse découvrir l'histoire.

J'ai aimé redécouvrir l'histoire de cette île, Chypre, histoire sanglante dans les années 60, l'île sera partagée en deux.
Depuis 1878 Chypre était une colonie britannique. L'EOKA s'attaque aux britanniques en 1955 et aspire à l'union avec la Grèce. Après les accords de Londres l'archevêque Makarios sera élu président, à partir de 1963 les incidents ne cesseront plus. Les Chypriotes turcs se regrouperont dans des enclaves. La Turquie envahira Chypre, jetant des milliers de Grecs sur les routes. La suite nous la connaissons.

J'ai aimé la description de cette île enchanteresse, les orangers, les parfums, la mer d'un bleu à nul autre pareil, le soleil implacable qui peut être cruel, je reconnaissais les paysages méditerranéens. Si l'Algérie avait exploité tous les trésors de sa côte, elle aurait pu devenir une belle destination touristique, comme Chypre. L'Algérie a raté son rendez-vous avec le tourisme.

J'ai vraiment été émue en lisant l'exode de cette population qui abandonnait tout, J'ai aussi des souvenirs de l'exode des pieds-noirs qui laissaient leurs valises, leurs voitures sur la route de Maison-Blanche pour pouvoir prendre l'avion et partir très vite, la peur avait envahi ces gens qui fuyaient le pays où ils étaient nés et où ils avaient construit leur vie. Nous faisions partie de cette exode, un bébé, deux valises. J'ai compris toute la détresse des Georgiou et des Ozkan. Eux ne voulaient pas quitter Famagouste parce qu'ils n'avaient pas de nouvelles de leurs fils qui étaient partis se battre. L'amour maternel infini des femmes orientales, un amour crié, pleuré, démonstratif, sans retenue.
Les caractères des uns et des autres se révèlent dans les pires événements.

J'ai aimé ce roman mais je suis toujours restée un peu en lisière, l'histoire d'amour me dérangeait, Aphroditi est pourtant un personnage attachant, fragile, je ne comprenais pas qu'elle se laisse embarquer par Markos, oui lorsque je lis je participe à l'histoire, je m'indigne, heureusement il y avait l'histoire de Chypre qui me passionnait. J'avais oublié ce conflit.
Je vous le conseille.

Bye MClaire.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire