jeudi 16 mars 2017


Nicolas Barreau est un écrivain franco-allemand, ce n'est pas son vrai nom. 
J'avais lu "Tu me trouveras au bout du monde." j'avais pris un certain plaisir, j'ai acheté "La vie en Rosalie." dans un moment de lassitude, j'en avais assez de lire des livres tristes même s'ils étaient superbement écrits, j'ai l'impression quelquefois que les auteurs se nourrissent de l'air du temps, s'il est morose ils ne publient que des livres tristes alors qu'il faudrait faire tout le contraire.
Alors de temps en temps, je lis un bouquin bonbon, facile, mignon, il y a toujours une histoire d'amour qui se termine bien. Je dois être un peu nostalgique de mes quinze ans, je lisais Delly, Max du Veuzit, c'était normale, l'âge où nous attendons celui qui fera battre notre coeur, le premier amour, le premier baiser, nous n'étions pas précoces.

Je ne suis pas déçue "La Vie en Rosalie" est exactement ce que j'attendais, une histoire d'amour qui se termine bien mais qui a eu quelques rebondissements.
La particularité de ces romans est que nous devinons très vite ce qui va arriver, qu'importe nous lisons, les personnages sont tellement mignons.

Rosalie aime le bleu depuis toujours, son père lui offre une boîte pour peindre des aquarelles, elle découvre le plaisir de dessiner et en fera son métier. Elle s'installe dans une boutique rue du Dragon à Paris, peint des cartes postales personnalisées, vend des souvenirs, a un petit ami René, culturiste, coach de fitness, qui ne mange jamais des croissants bien croustillants, Rosalie aime les croissants et est habituée à René, il fait partie de sa vie, jusqu'au jour où tout bascule. Un vieux monsieur Max Marchais fait irruption dans sa boutique, son éditeur lui a recommandé de rendre visite à Rosalie pour illustrer son dernier livre pour enfants "Le tigre bleu.", Max n'y croit pas trop mais il tombera sous le charme de Rosalie, une amitié va naître.
Un jour, un autre homme fera irruption dans la boutique, Robert Sherman, américain, fils d'un célèbre avocat, professeur à la Sorbonne, enfin presque, il a cru reconnaître le conte du Tigre bleu, sa mère lui racontait cette histoire lorsqu'il était petit, il pense au plagiat, il possède le manuscrit original, et....vous lirez la suite.

J'ai aimé la description de Paris, pas la ville que nous connaissons, avec ses embouteillages, les gens mal élevés, non, Paris vu à travers les yeux d'un étranger qui découvre toutes ses beautés.
J'ai aimé la maison du Vésinet, celle que tout le monde rêve de posséder.
J'ai aimé ce vieux monsieur qui a été jeune, amoureux et qui se transforme en vieil ermite dans sa maison du Vésinet, mais il rencontrera Rosalie et sa vie sera transformée.
J'ai aimé déguster une coupe de champagne Bollinger dans des flûtes taillées au restaurant "Jules Verne.", mince, je délire, je n'ai pas bu le Bollinger, un champagne recherché, mais j'ai eu l'impression que les bulles éclataient dans ma bouche, je suis redescendue sur terre, je n'avais qu'une petite bouteille de Perrier dans les mains.
Voilà ce qui fait le charme de ces livres, ils font rêver les midinettes.

Mes prochaines lectures sont sur la table du salon, le dernier Philippe Djiian "Marlène." je ne sais pas si je vais aimer, et un poche de Gilles Legardinier, facile et agréable à lire.
Il faut que je vous raconte, j'achetais "Le Vie en Rosalie" et une dame cherchait des bouquins, elle hésitait, je lui ai fait acheter trois bouquins chez Leclerc....tous tristes, mais contente d'entendre mon avis, elle est allée payer à la caisse.

Bye MClaire.
.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire