mercredi 3 janvier 2018

"L"invention des corps" Pierre Ducrozet.



Un jeune auteur, né en 1982, je ne le connaissais pas, son roman est passionnant, le sujet traité est passionnant, Internet, le transhumanisme, les folles idées des hommes qui gouvernent le monde, pas nos présidents, non, mais ceux qui nous manipulent parce que nous le voulons bien, Internet, les réseaux sociaux, les hackers, ces gens sont beaucoup plus influents que Poutine, Trump etc. Ils peuvent décider de qui sera président à une prochaine élection.
En règle générale, je n'aime pas la science-fiction ni les traités d'informatique, ça me barbe, là j'ai été aspirée par l'histoire dès le début.
Il faut dire que le bouquin commence dans un pays que je connais, le Mexique, Oaxaca, Iguala, Cuernavaca, nous connaissons, le Mexique n'est pas qu'un pays violent, nous l'avons visité seuls, en voiture, il ne nous est jamais rien arrivé, la violence est souterraine, le peuple mexicain subit cette violence. La corruption, le trafic de drogues, la puissance des narcos-trafiquants. Alvâro, le personnage principal du roman est né à Mexico, un peu en décalage, mal dans son corps, engagé contre le gouvernement, il dénonce sa corruption, il découvre l'informatique et toutes ses facultés, c'est un as dans ce domaine, un surdoué qui peut rentrer dans tous les systèmes informatiques. Il devient prof d'informatique dans une école d'Oaxaca et décide de participer à une manifestation qui doit se dérouler à Mexico, tout ne se passera pas comme prévu, ce sera le massacre des 43 étudiants tout près d'Iguala, jamais retrouvés, là tout est vrai, cette tuerie ne sera jamais complètement élucidée.
Alvaro arrivera à s'échapper après avoir vu ses copains chargés dans des sacs poubelle, il fuira vers la Californie en marchant, le traumatisme subi le transformera en un être sans sentiments, ses blessures psychiques et physiques seront profondes.
Un "gourou" d'internet le remarquera, ses qualités de hacker peuvent être utiles, Alvâro se jettera dans la gueule du loup, il acceptera de devenir un cobaye en échange de beaucoup d'espèces, l'immortalité est l'idée fixe de Parker Hayes, il a installé un laboratoire dans la Silicone Valley, a recruté une française Adèle, une biologiste très douée qui manipule les cellules souches ....Il y a Lin, surdoué(e) androgyne, qui rêve de connecter son corps....Et il y a Alvaro qui trouvera la volonté de s'échapper avant la transplantation hépatique. Vous lirez la suite.

L'écriture de l'auteur peut être déroutante, hachée, quelquefois sans ordre chronologique, mais il maîtrise parfaitement le sujet, sait expliquer, il rend accessible ce qui me paraissait rébarbatif,  je ne peux pas écrire qu'il nous fait prendre conscience des dangers d'Internet, ça nous le savons déjà, il suffit d'être prudent, mais est-ce que nous le sommes toujours ? Pierre Ducrozet écrit aussi de très belles pages, presque poétiques..L'Amour est toujours là.

Il nous projette dans un avenir qui n'est pas lointain, tout arrivera et ça fait froid dans le dos.

Je suis sur Facebook, je sais que ce réseau peut être formidable mais je sais aussi qu'il peut devenir le théâtre de la haine, d'infâme publications, il faut juste choisir ses amis, ceux que nous connaissons dans le milieu du scrabble ou dans la vie, éliminer les autres, les bloquer et tout se passe bien ou presque bien. Je sais que Facebook et Google savent tout de nous, nous ne savons rien d'eux, mais alors quoi faire ? Jeter nos ordinateurs est la seule solution ! Vous êtes prêts, moi non.

Lisez ce roman, il est passionnant sur l'histoire du progrès de la technologie et terrifiant, à lire comme un thriller. J'ai adoré la fin de l'île, une île qui devait abriter toutes les expériences, sans le contrôle de l'état.

Une citation qui peut nous rassurer, nous Européens :
«Vous êtes un pays jeune, vous découvrez tout juste la mort. Nous, les Européens, on meurt depuis plus longtemps, on s'est un peu habitués. On a longtemps été au-dessus de ça, maintenant un peu moins, mais on est très vieux de naissance "

Bye MClaire.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire