jeudi 1 janvier 2015

Veronique Poulain 'Les mots qu'on ne me dit pas" et Adrien Bosc "Constellation"



Première gazette de l'année 2015. Meilleurs voeux à tous, beaucoup de bonheur en lisant, nous pouvons aimer un livre ou pas mais le bonheur est toujours là en l'ouvrant, la suite dépend de l'histoire et cette semaine j'ai aimé deux livres mais d'une façon bien différente.

J'ai aimé "Constellation" pour l'histoire de cet avion qui s'est écrasé aux Açores avec à son bord deux célébrités M.Cerdan et G.Neveu,la violoniste star, mais surtout pour la découverte des autres passagers inconnus qui avaient pris cet avion le 27 octobre 1949, Adrien Bosc a fait revivre ceux qui partaient pour l'Amérique, la jeune Amélie, ouvrière bobineuse dans une usine de textile de Mulhouse, sa marraine avait fait fortune en Amérique et elle la désignait comme sa seule héritière, le destin voudra qu'elle ne touchera pas le sol des Etats-Unis. Des bergers basques se retrouvent sur cette avion pour aller chercher fortune sur ce continent comme des cousins avant eux, d'autres personnes étaient plus habituées à ces vols, ils étaient riches, on ne prenait pas l'avion à cette époque comme on prend le train de nos jours, oui, Easy Jet est passé par là.
J'ai dévoré ces histoires en ayant en tête qu'un destin peut s'arrêter brusquement sur les pentes d'une montagne un jour d'octobre. Certains ont eu de la chance, trois personnes devaient prendre cet avion mais Marcel Cerdan, son manager et son ami voulaient absolument partir, ils étaient prioritaires, les autres sont restés à terre, le destin.
Il y a Edith Piaf dans ce livre mais si peu, c'est elle qui avait demandé à M.Cerdan de venir la rejoindre très vite, elle chantait à New-York, elle était très amoureuse, il devait prendre le bateau. Le destin.
Cerdan avait comme surnom "Le bombardier marocain", un nom d'avion.


Adrien Bosc est jeune, c'est son premier roman, son style est un peu journalistique, mais il écrit ce qui doit être écrit, son écriture est imprégnée de littérature, des grands écrivains.
J'ai voulu relire la vie de Blaise Cendrars sur internet, le nom de Blaise Cendrars était plus familier que son oeuvre et sa vie. C'est le but d'un livre, rendre le lecteur curieux.

J'ai aussi aimé me souvenir de quelques instants de ma vie, mon père qui s'était levé dans la nuit pour écouter le match de M.Cerdan qui se déroulait aux Etats-Unis, en 49, j'avais ouvert un oeil, la radio était dans la pièce où je dormais, sur la cheminée, je revois mon père accoudé, l'air triste, catastrophé, Cerdan avait perdu son titre. Cette image est très claire dans ma tête. C'était une idole, les pieds-noirs ne pouvaient pas supporter l'idée de l'idole tombée de son piédestal, ils ne rêvaient que de revanche. Elle n'aura jamais lieu.
J'ai retrouvé une vidéo sur Youtube, la voix fluette de Cerdan est un peu surprenante. Vous pouvez la voir en cliquant ICI

J'ai aimé ce livre pour ces différentes raisons. J'avais eu envie de l'acheter à sa sortie, je l'avais reposé sur l'étalage et ma fille voulait m'offrir un cadeau pour Noël, un livre c'était très bien, elle a acheté deux livres, celui de Véronique Poulain "Les mots qu'on ne me dit pas" et là j'ai été emballée.


141 pages lues d'un trait en une heure et demi, je ne pouvais pas le lâcher, une écriture vive, pleine d'humour, des paragraphes et des chapitres courts.
C'est un livre autobiographique, l'auteure est la fille de parents sourds-muets, elle parle, elle a envie de beaucoup parler mais elle ne peut pas, ses parents n'entendent pas, heureusement que ses grands-parents vivaient dans le même immeuble, elle pouvait s'échapper pour s'exprimer.
Elle raconte avec un langage sans tabou sa vie quotidienne de petite fille, d'ado rebelle un peu cruelle, de femme.
Véronique Poulain a eu deux enfants, ils entendent.

Ce livre n'est que du bonheur, j'ai souvent éclaté de rire, j'ai souvent été émue. Nous avions vu la semaine précédente "La famille Bélier" même sujet, je regrette vraiment de ne pas avoir lu le livre avant, l'histoire n'est pas la même mais cela m'aurait aidé à mieux comprendre le film, les situations vécues. J'avais aimé le film, sans plus, j'ai un peu honte d'écrire ça, les critiques sont dithyrambiques, mais c'est mon avis .
J'ai adoré le livre, si vous pouvez le lire vous vous régalerez, je n'ai pas l'ombre d'un doute, évidemment si vous aimez la grande littérature passez votre chemin, c'est juste le beau témoignage d'une jeune femme qui a souvent été contrainte au silence. 

Bye MClaire.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire