vendredi 28 janvier 2011

LE BLOG, LES BLOGS :

Il m’arrive de me demander si un jour, il y aura une envie de fermer ce blog. Les jours où l’inspiration n’est pas là, où je n’éprouve pas le besoin de raconter des petits bouts de ma vie, de ne plus avoir le désir d’écrire, exercice que j’aime et que je pratique à ma façon, ma grammaire n’est pas parfaite, mes phrases sont toujours trop longues, mais c’est mon style et je ne prétends pas obtenir un prix littéraire, ni servir d’exemple à mes lecteurs qui sont de plus en plus nombreux. J’écris d’une traite, comme je pense ou comme je parle, un blog n’est pas une œuvre littéraire, juste un moyen de partager nos états d’âme, nos joies, nos colères, nos souvenirs, avec des lecteurs qui habitent quelquefois à l’autre bout de la planète.
Des milliers d’internautes écrivent des blogs, il doit bien y avoir une raison à ce déferlement sur le net. On pourrait écrire et laisser le tout sur son disque dur, comme un journal intime. On me dit souvent « Tu devrais écrire un livre pour tes enfants, tes petits-enfants », j’en ai pas envie, un blog demande beaucoup moins de rigueur, il se nourrit du quotidien, de souvenirs d’enfance liés justement aux gestes du quotidien, des comparaisons entre maintenant et avant, il n’y a pas de chronologie, de règles strictes, c’est une liberté totale et c’est ce que j’aime.

Je sens que ce n’est pas encore aujourd’hui que je vais décider de mettre le mot FIN à ce blog, mais un matin peut-être je ferai disparaître cette gazette sur un coup de tête. Chez moi, c’est souvent comme ça que tout arrive, d’un seul coup, je n’ai plus envie de manger du lapin chasseur (hi ! hi ! C’est vrai), de retourner à l’endroit que j’ai tant fréquenté, de ne plus aimer la couleur que je porte depuis toujours, le vert par exemple, je finis d’user mon pull vert presque neuf et promis je n’achèterai plus jamais de vert. De quitter les Côtes d'Armor pour le Morbihan, en une journée c'était bouclé, décidé.
Tiens, je vais vous raconter une anecdote. Avant Christian, j’avais un amoureux depuis trois mois ou un peu plus, il était un peu collant, et en plus sa mère avait mis ma photo sur le frigidaire de leur cuisine, non mais, sur le frigidaire ! Un matin, je me suis réveillée, et j’ai décidé brusquement que c’était fini, alors que la veille tout allait bien, c’était un dimanche, j’ai passé la journée à le fuir avec mes copines, je me suis même cachée dans la cabine d’un copain photographe, mais le rideau n’allait pas jusqu’au sol, il a vu mes jambes, et il a fallu que je lui dise sans ménagement que c’était fini !! Cruauté de jeune fille.

C’est rassurant, je n’ai jamais eu cette attitude avec mes amies, ce sont les mêmes depuis des dizaines d’années, j’ai aussi le même mari depuis bientôt 50 ans, ce qui prouve que je ne suis pas instable.

Pour le scrabble nous verrons, pour l’instant je ne songe pas à écrire le mot fin sur ma grille avec mes caramels, surtout pas en ce moment, ce jeu que j’adore est une thérapie,  mais un matin peut-être….Ou pendant un tournoi, je pourrais rendre un bulletin, avec FIN écrit en toutes lettres, ça me ressemblerait. Mais, l’arbitre pourrait me renvoyer un bulletin d’avertissement avec « Erreur de lettre pas de F dans le tirage, ou pas de raccord », ça me permettrait peut-être de revenir sur ma décision, et d’effacer ce coup de folie.

Luc Chatel a décidé de réinventer l’apprentissage de l’anglais, et cela dés la maternelle. Je vous avais déjà mis le lien du blog de cette prof d’anglais, une jeune femme,  qui écrit avec des mots crus, mais qui décrit si bien l’ambiance de certains collèges ou lycées. http://foodamour.free.fr/
J’ai des petits enfants, et je suis toujours attentive à ce qui se passe, bien que je ne puisse pas faire grand-chose, ils ont leurs idées et savent les imposer malheureusement ou heureusement, l’avenir le dira.

Aujourd’hui 28 janvier, ma fille a 43 ans et Sarko 56 ans. Après ça, vous voulez croire à l’astrologie. Une fille d’un calme, d’une patience, d’une gentillesse, heureuse de ce qu’elle a, sans la passion du pouvoir sur les autres, et notre président que tout le monde connaît, je n’ai pas besoin d’en rajouter.
J’ai eu mes enfants, le 28 janvier, le 27 février et le 29 mars, assez facile pour se souvenir des dates d’anniversaire, pour moi qui oublie facilement de téléphoner ce jour là. Je n’ai jamais trouvé d’intérêt aux dates d’anniversaire.

J’ai trouvé au cours de mes promenades sur internet, une photo de cette salle, c’est à Bordeaux, dans je ne sais plus quel bâtiment. Bon sang, pourquoi n’avons-nous pas la même pour jouer au scrabble, pas de tables à bouger, agréable, certainement bien chauffée. A Baden, il faut transporter à chaque séance les tables du local dans la salle, il ne fait pas très chaud, bref, il faut vraiment aimer jouer au scrabble et avoir envie de rencontrer les autres. A Vannes, nous sommes mieux servis, la salle est agréable, mais quelle galère pour se garer, en plein centre ville, et le parking est toujours plein, il ne faut surtout pas se décourager pour accéder à  notre nirvana, la partie de scrabble.

Mon petit espace lecture :

Je suis allée chez Leclerc, espace culturel, un endroit où il ne faut pas que je m’attarde. J’ai la même attitude devant les livres que devant les gâteaux, gourmande, jamais rassasiée. Les livres je les prends, je les tâte, je les renifle, je les pose, je me retiens pour ne pas acheter tout ce qui me fait envie, comme pour les gâteaux ;  je peux y aller aujourd’hui et y retourner deux jours après, j’ai moins de remords.
Cette fois-ci j’ai acheté « La délicatesse » de David Foenkinos. Nathalie et François s’aiment d’un amour limpide, jusqu’au jour où François disparaît suite à un accident.
Nathalie est inconsolable, mais il arrive un moment où… « L’art d’aimer ? C’est savoir joindre à un tempérament de vampire, la discrétion d’une ané-mone. ». Joli titre « La délicatesse » et beau roman.

« Long week-end » de Joyce Maynard. L’auteure qui a entretenu une relation avec
Salinger « L’attrape-cœurs ». Au départ, une famille monoparentale, un jeune garçon et sa maman, une rencontre va tout bouleverser.
Je ne l’ai pas commencé, mais je pense que je vais aimer.

Les dessins :

L’Egypte après la Tunisie, la contagion, jusqu’où iront-ils ?
Ce n’est pas marrant, mais j’ai ri quand même, le champion actuel de « Tout le monde veut prendre sa place » a gagné un voyage en Egypte et il l’a offert à ses parents, j’espère qu’ils ont eu le temps d’y aller avant aujourd’hui, sinon c’est un cadeau empoisonné.




Le Quick : Je n’aime pas ce genre d’endroit. Je préfère le bon pot-au-feu confectionné aujourd’hui.



Là j’étais contente de ma trouvaille, j’entendais la voix de Chirac.  Bye MClaire. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire